:: The 0utsider ::

Le blog du Tocard du Net…

 

Qui connait Nicolas Sarkozy ? 20 mai, 2007

Classé dans : Politique — eclectik @ 22:21

Il est clair que les français ont choisi.
Il est clair que la démocratie a parlé.

Et comme c’est la mode du soi-disant « franc-parler » alors disons le « Franco », Sarkozy est le Président de la République Fraaise pour 5 ans

(ouhlala j’ai du mal à l’écrire. En tout cas, merci Jospin pour le quinquennat !)

Pour ma part, je trouve que le diminutif « franc » pour ce candidat  français  n’a jamais été aussi mal employé.
Je préfère dire, disons le « franco » ça sonne mieux avec Sarkozy. Et là, je crois qu’on est davantage dans le vif du sujet, qu’on s’approche bien davantage du personnage, qu’on dit, parait-il, être notre président.

Et comme dans cette campagne, les français ont démontré leurs affinités pour les simplifications rhétoriques et les paresses intellectuelles, alors on va faire « simple » :

En clair, les français ont voulu :

- une droite bonapartiste avec un Etat fort sans gage de responsabilités aux collectivités territoriales. Une sorte de République Bonapartiste, en clair, tout sauf une République. Vive Sarkoléon Bonapartheid !

- une droite où le cumul de mandats est toléré, où l’on ne sait plus à qui l’on parle. Le ministre ? Le président du parti ? Le présidentiable ?
Après tout, ce n’est qu’une difficulté de vocable pour la majorité des français !

- une droite, dont le passé judiciaire des principaux représentants n’a rien de glorieux (au contraire !) Alors que cette droite là, n’intervienne pas quant aux émeutes des étudiants d’extrême gauche qui manifestent dans les rues contre Sarkozy

(ex : Patrick Devedjian, porte parole de N. Sarkozy, ancien membre de « Occident », mouvement d’extrême droite, de même pour Alain Madelin qui ont été maintes fois confrontées aux forces de l’Ordre dans le jeunesse etc…)

- une droite qui fera passer un traité constitutionnel par voie parlementaire sans en référer au peuple, qui a pourtant dit « non » au précédent

- une droite où tous les secteurs sont «  à deux vitesses » y compris la santé qui ne sera pas accessible aux plus nécessiteux car trop chère.

- une droite qui prône la méritocratie. Mais quel crédit peut-on accorder à la méritocratie quand il n’y a pas d’égalité des chances à la naissance ? Alors OUI à la méritocratie mais seulement en cas de stricte égalité des chances à la naissance. Mais comme cela ne pourra jamais être le cas, alors la gauche veut réajuster les inégalités, les compenser.

- une droite tellement décomplexée qu’elle flirte avec l’extrême droite tout en avouant le contraire. Sur le plan sémantique : « La France, aimez la ou quittez la », sur le plan idéologique : Ministère de l’immigration et de l’identité nationale ! Sur les votes exprimés : 5% des Le peniste vers Sarkozy ! C’est sûr ce n’est pas avec Chirac que ça serait arrivé !

- une droite dure et autoritaire. Berlusconi : « Sarkozy m’a pris comme modèle. » (Oh la chance ! Je voudrai pouvoir en dire autant !)

- une droite qui se veut un « mal nécessaire » (on vous a menti… on vous a dit que […] mais c’est faux… réagissez !… il est temps que vous compreniez… ) Sauf que le « on » est mis pour les 12 ans de Chiraquisme donc les 12 ans d’UMP, donc 12 ans de la même famille politique que le candidat dont il est question et qui prône la rupture, avec sa propre famille.

- une droite qui ose parler de « repentance » à l’heure, où Chirac (on lui accordera au moins ça) à entamer un processus positif pour « crever l’abcès », à faire reconnaître la Shoah en 2002 et l’esclavage comme crime contre l’Humanité en 2004 !

Sarkozy, meeting à Caen, avril 2007: « La France n’a jamais commis de génocide, ni de crime contre l’Humanité. Nous n’avons pas à rougir de notre histoire. Nous n’avons pas inventé la solution finale »
Cela s’appelle du
révisionnisme historique, voire même du négationnisme.
Merci à Sarkoléon de réécrire l’Histoire.

- une droite qui se veut violente, sectaire et surtout communautariste et qui considère que l’apartheid communautaire est un facteur garant de la cohésion sociale.

- une droite aux dérives eugénistes, où prédomine l’inné sur l’acquis, où on ne peut aller à l’encontre de son caractère naturel. (Détermination génétique de Sarkozy qui veut que les pédophiles et les suicidaires soient de la sorte, car c’est dans leurs gènes !)

- une droite atlantiste, pro-bushienne mais qui se veut Gaulliste ! Allez dire à de Gaulle que Sarkozy a dit à Bush « veuillez excuser l’arrogance des Français », le pauvre général se serait volontiers passer de cette encombrante descendance !

- une droite qui joue avec les peurs des Français et qui les intimide (c’est la mondialisation, ce sont les délocalisations qui veulent ça… on ne peut plus gérer les flux migratoires… la France est en délinquescence ….blablabla)

- une droite qui instrumentalise des thèmes importants comme l’immigration ou l’identité nationale à des fins politiques.

Utilisation de procédés rhétoriques simplistes pour des thèmes très complexes.

C’est ce qu’ a fait Le Pen dès 1974 : « Y a du chômage, c’est la faute aux immigrés qui prennent votre boulot, la France, on l’aime ou on la quitte. » repris par Sarkozy.
Mais aussi : « travailler plus, pour gagner plus ». N’importe quelle ménagère de 50 ans peut le comprendre. Or, ils savent tous, que ça ne marche pas comme ça, que le marché du travail n’est pas soumis aux lois de l’offre et de la demande comme l’est le marché du liquide vaisselle !
Il faut prendre en compte des données psychologiques, sociales, mais aussi historiques et idéologiques qui ont formé un peuple.

Jamais, on n’a autant instrumentalisé les effets pervers de la rhétorique à des fins politiques.

Jamais  un candidat a-t-il exposé une vision aussi déracinée de la République.
C’est un exposé on ne peut plus manichéen de la société à des fins électorales !

- (et peut être surtout) une droite qui n’a jamais été aussi proche des puissances d’argent, des lobbys, des groupes de pressions et des médias (Lagardère, Pinault, Bolloré…)
Que pensez des vacances à Malte sur un yacht ? A priori, le français « moyen » devrait se dire : « quoi de plus normal après une telle campagne de prendre des vacances » Sauf que ces vacances n’ont rien de « normales » pour un candidat qui la veille à peine, se considérait comme «
le candidat du peuple, celui de tous les français »
C’est d’une arrogance et d’une maladresse tout à fait digne du candidat. Pour ma part, je n’en attendais pas moins. C’est l’homme. C’est le politique, c’est cohérent avec le personnage.

Mais pire, ce yacht si généreusement « prêté » ne mérite t il pas quelques « compensations » ou « grâces présidentielles » de la part de Sarkozy face au milliardaire et industriel français Vincent Bolloré ?
Soyons sérieux, honnêtes et de bonne foi.
Peut-on penser une seule seconde qu’il n’y aura dans le futur aucune contrepartie ? (Exonération fiscale ?)

Au fond, il n’avait pas tord d’excuser « l’arrogance des français » car ce sont eux-mêmes, qui, 4 ans plus tôt, dénonçaient avec véhémence le gouvernement de Bush et critiquaient le peuple américain pour son « choix »
Or, c’est ce qui leur est arrivé, un certain 6 mai 2007, que je garderai pour ma part, aussi sombre qu’un 22 avril 2002.

La victoire encore plus perfide encore, d’une menace pour la République, d’un danger pour la Démocratie, de la puissance de l’argent.

Et, comme il l’a dit, c’est la victoire de « la famille, du travail et …  » sur la « liberté, l’égalité et la fraternité. »

Alors que l’Italie a chassé Berlusconi, alors que l’Espagne a renié Aznar, après une terrible tragédie, que peut-être bientôt les Etats Unis jetteront Bush, il faut que la France l’ait choisi.

C’est ça, peut-être, le fameux « retard français » dont on parle tant.

Mais voilà, c’est [notre] président (j’ai beaucoup de mal à le dire, 6 jours pour l’avouer quand même) et je me plais sournoisement à penser que:

Chaque peuple a le gouvernement qu’il mérite. 

 

Commenter

 
 

Création d'entreprise dans ... |
La Flèche Noire |
la simpson |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | RESUME D'UNE VIE
| BLIDA ma ville natale
| Mission Quechua 2007