:: The 0utsider ::

Le blog du Tocard du Net…

 

La Martinique 21 mai, 2007

Classé dans : Evasions — eclectik @ 1:22

Voila mon île.
La Martinique :
Joyaux de la Caraïbes ou plus connu sous le nom de Madinina, l’Ile aux fleurs.

Note:

Vous ne serez plus fondamentalement sot lorsque vous verrez certains ulurberlus (comme moi! ) porter des t-shirts, pantalons, survêt’ et autres marqués d’un gros MADININA ou 972 dessus! :) Pour la Guadeloupe, il s’agit de Karukera mais on utilise plutôt l’expression de l’Admiral (- An tan Robè? – huum… non juste T – Mister T ? – NON! Admiral T !! Gwada(da) ou 971 ! Pour la French Guyana c’est 973 et pour la Réunion…a (arf ça marche pas) c’est 974! :)

Voilà vous savez tout ce qu’il y a d’essentiel à savoir dans notre vie de misérable mortel….

Je poursuis….

En voici, une brève description géographique

- Chef-lieu : Fort de France
- du Nord au Sud : 80km
- de l’Est à l’Ouest : 39km !!
- nombre d’habitants : 400 000 (contrairement à la Corse: 200 000)
- densité : 338 habs/km² (et beaucoup sont concentrés dans les trois villes principales à savoir Fort de France, Schoelcher et Lamentin)

Les points culminants sont les Pythons du Carbet (1122m) et la montagne Pelée (1397 m), véritable légende volcanique…

En effet, il y a plus d’un siècle, qu’a éclaté le volcan. Le 8 mai 1902. On dénombra 28 000 victimes qui furent asphyxées et brûlées par les nuées ardentes. Notre volcan a ainsi donné naissance aux volcans de type « explosifs », surnommés maintenant de type « Péléen« . Ce volcan se situait dans l’ex-chef lieu martiniquaise : Saint Pierre appelé aussi le « Petit Paris » ou la « Reine des Antilles ».

Du fait des élections régionales et de la connaissance encore limitée des volcans de l’époque, les élus locaux avaient exigé la présence de tous les habitants de la ville. Il n’y eut que deux survivants Louis Cyparis et Léon Compère. Louis Cyparis était un prisonnier récidiviste que l’on avait mis en quarantaine sous terre dans un cachot. Il a longtemps été présenté dans le cirque Barnum, comme le seul survivant de la cité de la mort. En effet, alors qu’en moins de quatre minutes, toute la ville s’était effrondrée sous les épaisses nuées ardentes et les fumées brûlantes, il était enfoui, sous terre et subissait d’atroces souffrances à cause de quelques fumées qui avaient pénétrées.

Côté nature, la Martinique est parfaitement équilibrée. L’île présente des reliefs radicalement opposés permettant une diversité surprenante d’activités. En effet, le nord de l’île est humide et boisé du fait de la montagne, ce qui réjouira certainement les vacanciers avides de tourisme vert. Alors que le Sud est plutôt sec, plat, semblable à de vastes déserts maghrébins et parsemé de collines calcaires et de plages de sable blanc. (Davantage conseillé aux amoureux de paysages paradisiaques !)
Malgré cela, la température est voisine de 29°C (entre 26° et 32°) ce qui est loin d’être désagréable.

drapeaux.jpg Le 1er drapeau (à gauche) est le drapeau « représentatif » de la Martinique. Pourquoi représentatif ? Simplement parce que nous sommes français, donc notre hymne national est la Marseillaise et notre drapeau est celui de la Métropole. (Même s’il est contesté par un groupe indépendantiste, rien n’a changé pour l’instant)

Le drapeau (toujours à gauche) est violemment critiqué par des groupuscules indépendantistes qui affirment que ce drapeau aurait été dessiné par un esclavagiste et de ce fait, ils revendiquent le drapeau nationaliste martiniquais rouge, vert et noir. (celui du milieu)

Pour ma part, n’étant point (POUR L’INSTANT) à tendance indépendantiste, je me fiche donc  du drapeau rouge, vert et noir.(l’officieux)
Cependant, notre drapeau actuel (pas tout à fait officiel) témoigne des crimes contre l’Humanité qu’ont subi les différentes ethnies occupant l’île : le génocide et l’esclavage des Amérindiens et la déportation des noirs africains en Martinique.

Ce qui peut être à juste titre très critiquable quand on connaît bien évidemment ce qu’il en découle. Doit-on alors trouver un autre drapeau ?
La question ne se pose pas tant que nous serons encore département d’outre-mer. Jusqu’alors, à preuve du contraire, notre drapeau est bleu, blanc et rouge. N’en déplaise à certains.

Quant à la symbolique du serpent, elle est due au fait qu’il y en a beaucoup en Martinique, contrairement à la Guadeloupe qui n’en possèdent pas.

La Martinique, aurait-elle charmer les serpents ? Est-ce l’île de la tentation ? Sans aucun doute… emoticone

Enfin, plus besoin de présenter ce qui fait notre richesse culturelle… Non, non, tu ne trouveras pas le dernier modèle de PC qui n’est même pas encore sorti en Métropole, ni la dernière tendance de Versace… Tout ce que tu trouveras c’est de la banane (qui se fait désirer certes sur le marché mondial), du sucre de canne, notre fameux Rhum vieux et quelques produits alimentaires locaux…

En ce qui concerne nos fêtes, elles sont à peu près les mêmes qu’en France métropolitaine, à l’exception de celle préférée par presque tous les antillais, le Carnaval qui se situe pendant vos vacances d’hiver… hihihihi

Quelle manifestation qui mieux que le carnaval peut rendre compte de la beauté et la complexité du métissage culturel martiniquais?

http://perso.wanadoo.fr/carnaval2000/

Il s’agit donc de quatre jours principaux : dimanche, lundi et mardi gras et mercredi des cendres.

Le dimanche gras, des chars et les reines de chaque commune défilent dans les rues de la capitale. Le lundi gras, on assiste à des mariages burlesques.
(Inutile de vous dire que tous les hommes quels que soient leur âge se déguisent en femme, (ou en putes! hum… bref) cela peut être troublant pour des âmes sensibles…) Le mardi gras, qui est le jour le plus important, tout le monde est habillé de rouge et de noir.
Les diables rouges, les reines et les « neg gro siwo » défilent et certains font peur aux enfants.

En effet, les « neg gro siwo » (nègres gros sirop) sont des hommes légèrement vêtus et couverts de la tête au pied de sirop de couleur noire. (Un peu comme Christina Millan et Shakira dans leurs clips sauf que c’est beaucoup moins sexy !) Ils représentent les esclaves. Ils ont aussi un rôle judicieux, puisqu’ils éloignent les visiteurs trop curieux de se rapprocher trop près des chars. C’est en effet, une ruse de sécurité. Cependant, ils n’hésitent pas à vous toucher ou vous jeter des seaux de sirop ! Beurk…

Enfin ! Que serait le carnaval en Martinique sans LE Roi de la fête, non pas le Pape des Fous mais « Vaval » (énorme pantin) qui défile sur un char et est acclamé de tous. Pourtant, le lendemain au soir, le [g]mercredi des cendres, (tous sont habillés en noir et blanc) Vaval est condamné au bûcher à la fin de son parcours victorieux près du Fort, à Fort-de-France. Ce jour là, tous disent un grand « au revoir » au roi « Vaval », dansent et chantent autour de lui qui crépite et se consume.

Mais pas de panique, Vaval renaîtra de ses cendres, l’année suivante, toujours plus fort et victorieux pour le plaisir des yeux…

Car le Carnaval, c’est plus qu’une fête mais véritablement un patrimoine culturel exprimé par un défoulement général apprécié de certains touristes, critiqués par d’autres… Ame sensible ? Choisissez une autre date pour venir en Martinique !

 

Commenter

 
 

Création d'entreprise dans ... |
La Flèche Noire |
la simpson |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | RESUME D'UNE VIE
| BLIDA ma ville natale
| Mission Quechua 2007